Loi et réforme

La récente loi portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (HPST), publiée au Journal officiel du 22 juillet 2009 prévoit de pouvoir transférer à des professionnels de santé non médecins l’adaptation de lentilles de contact.
 
Les lentilles de contact et leurs solutions d’entretien sont des dispositifs médicaux. Leur présence au contact de l’œil de façon prolongée tout au long de la journée, et réitérée chaque jour, peut induire des conséquences graves si les unes ou les autres ne sont pas adaptées au contexte médical et personnel de chaque utilisateur. Pour cette raison, l’adaptation des lentilles est à ce jour, en France, un acte médical.
 
Le transfert de cet acte à des opticiens dont les intérêts commerciaux sont susceptibles de les conduire à faire des choix en rapport avec la rentabilité de leurs ventes, plutôt qu’avec des exigences relatives à un contexte individuel du porteur de lentilles, peut porter préjudice aux patients. Cette loi fait peser une menace grave sur l’innocuité des adaptations ainsi réalisées, et majore le risque de complications ou d’intolérance au port de lentilles.
 
La Sfoalc est déterminée à défendre, dans l’intérêt des patients et dans un objectif de santé publique, l’adaptation des lentilles de contact par les ophtalmologistes. La compétence d’un opticien, formé essentiellement au montage des lunettes, aux aspect purement techniques des lentilles de contact et à la vente, ne peut être comparée à celle d’un ophtalmologiste dont la formation universitaire médicale puis ophtalmologique assure au patient une approche scientifique, clinique et déontologique dans le choix des lentilles qui lui seront adaptées.


Rédigé par le mai 26 | 2015 à 10:34